Des « wonder women » motivées et motivantes !

Des hommes qui ont marqué l’histoire, on en connaît des tonnes ! Des scientifiques, des philosophes, des journalistes… Mais il y a également énormément de femmes qui se battent chaque jour pour défendre des causes, lutter pour des projets… Ces « wonder women » comptent bien prouver qu’elles aussi peuvent faire bouger les choses. Elles sont de celles qui vous diront de ne rien abandonner, de toujours croire en vos rêves, de les transformer en projets et de tout faire pour les réaliser. Et elles ont bien raison.

 

Emma Watson, féministe et écologiste, sans baguette magique !

On la connaît essentiellement pour son rôle d’Hermione dans Harry Potter, mais elle est surtout une actrice engagée dans de nombreuses causes comme le développement durable ou celle pour laquelle elle a été nommée ambassadrice itinérante pour les Nations Unies, le féminisme. Elle s’engage ainsi pour les droits des femmes dans le monde : «Nous sommes dans le 3e Millénaire. Nous avons des milliers d’années d’Histoire derrière nous. Si nous ne continuons pas d’avancer vers l’égalité des droits, des opportunités et des libertés pour chaque être humain (et pas juste la moitié masculine) alors nous aurons gaspillé tout ce que nous avons appris. »

Emma Watson a fait la voix-off du court-métrage « Hurdles » qui utilise la métaphore du sport pour symboliser la route vers l’égalité. A l’occasion du deuxième anniversaire du mouvement HeForShe organisé par l’Onu, l’actrice a prononcé un discours très émouvant dans lequel elle parle de son expérience à l’université qui l’a changée et a fait d’elle ce qu’elle est aujourd’hui. Elle aborde un point qui lui semble
essentiel : la représentation des femmes dans les équipes de direction, et également la notion de violence, notamment sexuelle, envers elles :

« L’expérience universitaire doit dire aux femmes qu’elles ont une valeur intellectuelle, et pas que ça : qu’elles ont leur place dans les hautes sphères. Elle doit montrer que la sécurité des femmes, des minorités et de chaque personne qui peut être vulnérable est un droit et non un privilège. Une université devrait être un endroit où se réfugier, qui met en place des actions à l’encontre de toutes les formes de violence. »

Déterminée, accomplie et passionnée, Emma Watson, l’ambassadrice UN Women, est donc ce qu’on appelle une vraie Wonder Woman !

 

Fabian Dattner, une vraie leadeuse !

Cette femme d’affaire australienne souhaite prouver que la phrase « Les filles ne sont pas faites pour le milieu des sciences », est un stéréotype, un préjugé complètement faux !

C’est pour cela qu’elle a décidé de monter un projet nommé Homeward Bound, qui sera la première expédition (quasi) exclusivement féminine en Antarctique et qui aura lieu ce mois-ci, en décembre 2016, pendant 3 semaines.
Constatant que les femmes sont sous- représentées aux postes de directions malgré leur présence importante dans les études supérieures, Fabian Dattner se dit fatiguée de cette idée reçue comme quoi il faut « avoir une barbe » pour travailler dans les sciences en Antarctique. Ce projet verra 78 femmes scientifiques venant du monde entier développer leur leadership (= démarche de compétition), les capacités stratégiques et scientifiques avec un accent sur le climat, la biologie et la recherche du système terrestre.

C’est donc un projet bien sûr scientifique mais également très féministe, qui vise à arrêter ces stéréotypes et prouver à toutes les jeunes filles rêvant de se lancer dans le milieu des sciences qu’elles en sont tout autant capables que les garçons.

 

Irène Frachon, compétente, courageuse et généreuse.

Médecin pneumologue français, elle a joué un rôle décisif dans l’affaire du Benfluorex (ou Mediator), médicament commercialisé par les laboratoires Servier de 1976 à 2009 et qui aurait provoqué la mort d’au moins 500 malades. C’est Irène Frachon, qui, après une longue étude épidémiologique, aboutit au retrait du médicament en novembre 2009 par l’Afssap.
Elle a ensuite écrit le livre « Mediator 150 mg : Combien de morts ? » et son combat a inspiré le film « La fille de Brest » d’Emmanuelle Bercot, sorti en salle le 23 novembre 2016.

Cette dernière voit dans ce film une occasion en or de faire connaître son histoire et de faire comprendre la vérité à tout le monde : « Au sein du monde universitaire et médical, certains m’en veulent d’avoir ébranlé le système et soi-disant jeté l’opprobre sur le corps médical. ». En effet, son combat n’est toujours pas terminé, « La citadelle est tombée, mais après on doit se battre maison par maison, victime par victime, pour que celles-ci soient reconnues et indemnisées. C’est insupportable. ». Irène Frachon est mentalement épuisée, mais elle reste courageuse, comme lorsqu’elle déclare «Jamais je ne laisserai tomber. Mon objectif absolu, c’est le combat pour les victimes. Ma vie, maintenant, c’est d’accompagner des gens qui vivent un calvaire. Je suis devenue invivable.»
Malgré cela, Irène Frachon s’est engagée dans ce combat et ne veut pas abandonner. Une mission courageuse qui impose le respect.

Des wonder women, des femmes capables d’exprimer leurs idées et d’agir pour faire changer les choses, il y en a encore tellement ! On a souvent tendance à se comparer aux autres, alors rendons cette attitude active en s’inspirant de ces femmes qui pourraient, pourquoi pas, devenir des sortes de modèles pour nous, et faisons en sorte de nous dire « Si elle en est capable, pourquoi pas moi ? ».
C’est bien connu, « WE CAN DO IT » !

 

Kloé (illustration de Lise)

Laisser une réponse

You must be logged in to post a comment.