BREXIT, mais qu’est-ce que ça change ?

De l’association du mot « British » au mot « exit » (« sortie » en anglais, pour les plus nuls), le Brexit consiste en la sortie du Royaume-Uni (Angleterre + Ecosse + Pays de Galles + Irlande du Nord) de l’Union Européenne. Suite au référendum du 23 juin 2016, les Anglais ont voté à la majorité pour la sortie de leur pays de l’U.E., après 44 ans d’union. La sortie de l’Union pourrait être effective dans deux ans.

Cette décision a des conséquences énormes sur la vie européenne, mais au final, est-ce que le Brexit permet à l’Angleterre de mieux se développer ?

Pour l’instant, nous sommes en période de négociations sur encore quelques années entre l’U.E. et le Royaume-Uni. Voyons quels sont les impacts de cet événement sur le court terme.

* Le bazar financier. Les bourses s’affolent partout dans le monde, et le cours des actions baisse.

*Les investisseurs étrangers se relocalisent hors du Royaume-Uni (surtout les banques).

*Selon certaines prévisions, chaque foyer britannique perdrait environ 4 300 livres par an (soit 5 400€, une baisse du P.I.B. de 6%).
*65 personnes sur 1 000 seraient au chômage d’ici 2 ans (contre 50 sur 1 000 actuellement, soit 800 000 postes éradiqués)

*Le libre-échange avec le Royaume-Uni est mis en péril, et ce ne sont, théoriquement, pas moins de 5,6 milliards de livres (soit 7,2 milliards d’euros) de droits de douane qu’il faudra ajouter au compteur, ce qui effraie les entreprises qui ne veulent donc plus faire affaire avec les Anglais.

*La circulation libre est également mise en péril, il faudrait alors un visa pour se rendre à Londres par exemple, ce qui se solderait par une baisse du tourisme.

*Le tourisme des Anglais vers l’étranger baisse, à cause de la baisse de l’économie anglaise.

*Le Royaume-Uni et le reste de l’Union Européenne se retrouvent embarquées pour des années de négociations et de tensions politiques.

Enfin bref, pour résumer, le Royaume-Uni a décidé de s’élancer seul dans l’inconnu. Toutes ces conséquences ne sont pour l’instant que des prévisions, plus ou moins certaines. Alors c’est sûr, à court terme, ça fait mal aux dents (surtout pour les Britanniques, ils prennent bien cher), mais sur le long terme, le Royaume-Uni compte bien voyager de ses propres ailes. Entendez par là qu’ils seront indépendants (enfin cela dépend des résultats des négociations, s’ils décident de conserver des liens avec nous ou non). D’un côté, l’Union Européenne n’est pas non plus une immense réussite, et peut-être bien que les Anglais prennent en fait la meilleure décision. En tout cas, ils vont servir d’exemple : si dans les prochaines années, le Royaume-Uni se relève et s’envole fièrement devant nous, les autres pays risquent de suivre le mouvement, et l’U.E. s’effondrera (ce qui n’est peut-être pas plus mal non plus). En ce moment, c’est la fête à l’indépendance ; avec Donald Trump aux U.S.A. Et le Brexit en Europe, les prochaines élections françaises sont chamboulées… Qui sait ? Si Marine Le Pen passe, nous risquons (ou nous aurons la chance) d’imiter nos amis d’en haut !

Si ça se trouve, le Frexit arrive, sans que nous le voyions….

 

Le Petit Doc (illustration de Blaise)

(image libre de droit)

Laisser une réponse

You must be logged in to post a comment.