Jessica93 et The Liminanas aux Indisciplinées, le débrief

A l’occasion des Indisciplinées, le Manège accueillit ce vendredi 3 novembre, Jessica93 à l’occasion de la sortie de leur nouvel album « Guilty Species ». Le groupe a exposé sans retenue toute sa froideur et sa force musicale dans une superbe représentation. A la suite de son nouveau single, en duo avec le leader des Brian Jonestown Massacre s’il vous plaît, The Limininas clôtura cette soirée en remplissant le Manège de Lorient et en réalisant une performance enivrante et jouissive.

Une dégaine cossue, une entrée sur scène apathique sans aucun mot, Geoffroy Laporte et sa nouvelle bande sont à l’image de leur musique, rebelle et chaotique. Accompagnée d’une insoutenable boîte à rythme, de boucles incessantes, d’une voix à peine perceptible dans cette orgie musicale, la musique de Jessica93 nous transporte et nous habite dans ce rock intense et si bon. Dans ce rock qui nous manque tant.

De nombreuses inspirations se font ressentir tel que les basses glaciales et redondantes de The Cure, la musique transcendante aux rythmes agressifs à la noirceur de The KVB ou de The Soft Moon… Toutefois, ce serait impoli de ne pas souligner que cette œuvre reste personnelle et unique. De nos jours, il est très rare de retrouver ce « bordel » musical mêlé à ce style libre et sans prise de tête. Le groupe semble même ne pas être à la bonne époque, nous rappelant ce vivier de groupes de rock alternatif apparus dans les années 80, et nous rafraîchit la mémoire à coup de mélodies violentes et inusables.

Quelque petites imprécisions sont à noter avec notamment un départ raté d’une chanson. Mais comme ils ne sont ensemble que depuis août dernier, laissons la sauce prendre, car toutefois, cela n’a en rien affecté le concert. Cela appuie même sur ce côté “j’en ai rien à faire” car, au final, la musique reste toujours autant réussie et stimulante.

Ces chansons hypnotiques, sauvages et froides ne sont plus aux goûts du jour et entendre cela dans ces durs moments du rock actuel fait tellement de bien. Cette révolte, accompagnée d’un dédain à la limite du dégoût, d’un voyage dans la noirceur des abysses d’un rock perdu, est transcendante et stimulante. Superbe.

Merci Jessica93.

Cependant cette soirée était loin d’être finie.

A mi-chemin entre du Gainsbourg dans les paroles et les Velvet Underground dans les sonorités, The Liminanas est un groupe atypique qui sublime le rock de son style onirique et imagé.

Accompagné d’un synthé, d’un chanteur jouant de la guitare électrique, de la puissante batterie de Marie Liminana, de la guitare électrique aux sonorités rock underground de Lionel Liminana ou encore d’une chanteuse à la voix planante et jouant du tambourin tel Joel Gion des Brian Jonestown Massacre, le groupe a alterné entre des passages plus calmes bercés de voix sensuelles et des passages dignes d’un bon vieux rock dansant et électrisant de ces années phares du rock’n’roll.

Remplissant l’espace avec 6 musiciens disposés étroitement aux bords de la scène, le groupe a une composition pour le moins originale. La batterie jouée par Marie Liminana, une femme réservée qui se retrouve métamorphosée sur scène, est placée au premier plan avec son mari et sa guitare électrique. Les lumières apportaient elles aussi au concert, avec notamment des passages où l’on arrivait à peine à distinguer les musiciens, rajoutant une petite touche esthétique déjà bien présente grâce à la musique.

À la fois élégant, rock’n’roll et underground, The Liminanas a bien confirmé la raison de cette salle pleine venue, pour la plupart, voir ce groupe.

Nos corps bougent, incontrôlables, dans l’ivresse de cette musique si douce mais si dansante. Ce petit mouvement de la tête, réalisé inconsciemment, suivant le rythme de la chanson qui nous berce et qui nous transporte. Naviguant entre cet underground américain, ces influences cinématographiques de western spaghetti italien ou cette touche de douceur à la française déversant des paroles pouvant aller du burlesque à l’incompréhensible, The Liminanas a fait danser et a apporté sa touche de magie, unique et rayonnante.

Léo (photos de Manon)

En bonus, à retrouver deux interviews des groupes , ci-dessous !

Interview de Liminanas disponible sur Speedweb : http://speedweb.fr/index.php/musique/pop-rock-electro/1039-the-liminanas-en-interview

Interview de Jessica93 disponible sur Speedweb : http://speedweb.fr/index.php/musique/pop-rock-electro/1038-rencontre-avec-jessica93

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *