Nous les idiots

Le quotient intellectuel (QI) a augmenté jusqu’au milieu des années 90. Fantastique me direz-vous, seulement voilà, depuis, il n’a cessé de diminuer année après année. Les deux grands accusés sont, sans surprise, les écrans et les perturbateurs endocriniens.

Tirage de sonnette d’alarme

J’ai eu envie d’écrire cet article suite au visionnage du documentaire « Demain tous crétins » (disponible sur la chaîne Youtube de Arte). Je ne vais pas vous cacher que ce documentaire est assez alarmiste. La conclusion qu’on en tire est que nous devenons de plus en plus stupides (le terme peu vous paraître un peu choquant ou abusif mais c’est celui employé par les scientifiques), c’est un fait avéré. De nombreuses études prouvent qu’il y a de plus en plus d’enfants à souffrir de troubles de l’attention, d’hyperactivité et d’autisme. Aujourd’hui, quand un enfant naît aux Etats-Unis, il a une chance sur 68 d’être autiste, il y a 10 ans cette chance était d’une sur 250. Le documentaire explique, grâce à de nombreuses études différentes, le pourquoi et le comment de la « crétinisation » de notre société. Si ce dernier est basé sur des données scientifiques que je vais tenter d’expliquer rapidement, je vais, pour ma part, me contenter de vulgariser un peu le sujet.

Les perturbateurs endocriniens, ces gros vilains

Pour faire simple : nous avons un système hormonal, c’est-à-dire un système qui relie plusieurs organes de notre corps, non pas physiquement mais par des messages qui passent par le sang et que l’on appelle « hormones ». Parmi ces organes on compte notamment : le cerveau, la tyroïde, le pancréas et les organes reproducteurs. Les perturbateurs endocriniens sont des molécules chimiques qui prennent la place des hormones et faussent les messages envoyés aux organes : ils perturbent le système hormonal. On les accuse de favoriser des maladies telles que le cancer (du sein, des testicules), le diabète, l’obésité ou même de déstabiliser la croissance. Ces perturbateurs sont à peu près partout : dans le plastique, les cosmétiques, la poussière, les meubles et la literie à retardateurs de flamme et surtout dans les pesticides.

Notre monde très connecté

Les écrans ont sûrement également une part importante de responsabilité dans notre avancée vers la stupidité. Sans parler de la lumière bleue nocive qu’ils renvoient, leur contenu peut être responsable de la baisse de nos capacités intellectuelles et nous sommes sans cesse sollicités par eux. Les enfants qui sont plantés devant la télé dès leur plus jeune âge ne vont pas développer les mêmes aptitudes que des enfants qui vont jouer dehors, dessiner, colorier, lire, créer et même s’ennuyer (l’ennui est essentiel pour l’imagination et la création, c’est prouvé !). En effet, la télévision et les jeux sur tablette ne demandent pas de grands efforts cérébraux. Pour ma part, quand je regarde la télé ou des vidéos Youtube ou que je vais sur Instagram, j’ai la sensation de laisser mon esprit au repos. Je ne réfléchis plus vraiment, mon cerveau ne fait aucun effort puisqu’il n’a pas d’informations compliquées à traiter. Mon activité cérébrale est comme en suspend. Pensez que pour des enfants en plein développement physique et cérébrale cela peut avoir de gros impacts négatifs.

Regardez « Demain tous crétins » !

Bien qu’alarmiste, ce documentaire nous apprend beaucoup de choses et nous fait sortir de notre zone de confort pleine de crédulité et de naïveté.

Lise

(image en Une libre de droit sur pixabay.com)

Laisser une réponse

You must be logged in to post a comment.