Ping Pong au sommet

Aujourd’hui, les deux super-puissances mondiales se battent sur tous les terrains, mais notamment sur celui de l’économie, pour supplanter l’autre. Mais pourquoi un conflit aussi peu bénéfique, que ce soit pour ces deux nations que pour le monde entier a-t-il éclaté ?

En effet, depuis le milieu de la Guerre froide où une entente sino-américaine florissante s’était profilée pour préserver l’hégémonie américaine, les deux nations avaient des relations très amicales et surtout très intéressantes, économiquement parlant. Les États-Unis, depuis leur investissement dans cette jeune Chine émergente, ne cessent de percevoir des intérêts. Pour sûr, en 2015 le total d’emplois créés chez McDonald s’élève à 2,6 millions et le capital à 216 milliards de dollars. La productivité de l’industrie américaine, elle, a augmenté de 40 % entre 2003 et 2016.

Alors pourquoi, avec des intérêts réciproques aussi fructueux, un contentieux a-t-il pu fiche par terre 30 ans de partenariat ?

Eh bien la raison est simple : la politique agressive de Trumpounet.

Effectivement, après son avènement en 2018 et ses promesses de campagne, Donald impose une hausse des taxes douanières sur certains produits importés majoritairement de Chine.

Cet acte un peu grossier entraîne une réponse quasi-immédiate de Pékin. Les deux pays adoptent alors tous deux la même stratégie agressive. À coup de taxes douanières dans la face de plus en plus conséquentes, ils font vaciller l’économie mondiale. Alors que les autres pays restent spectateurs car trop insignifiants, les deux blocs tentent des accalmies avec une once de bon sens. En mai 2019, des négociations ont bien failli aboutir à un accord. Mais c’est sans compter le caractère indomptable de notre cher petit Donny qui, ni une ni deux, a mis en place une hausse de 25 % sur 200 milliards d’importations américaines.

Entre janvier et juin, la Chine est passée de premier partenaire commerciale des USA à 3eme, derrière le Mexique et le Canada. Des exemples concrets de cette animosité sino-américaine, on en trouve partout : des menaces orales aux interdictions de commercer avec des entreprises chinoises, tous les moyens sont bons pour mettre l’autre dans une situation bien embêtante… voire scabreuse… voire périlleuse !

Les résultats de ce match acharné ? Les États-Unis, bien que gardant un comportement hiératique justifié, la Chine connaît une croissance incommensurable en tout : croissance du PIB, baisse de la pauvreté, espérance de vie, baisse du suicide. Et j’en passe des vertes et des pas mûres. Tout ceci sans compter la balance commerciale (le solde de la balance commerciale est la différence entre les valeurs des exportations et des importations de biens et de services, merci wikipedia !). En effet, La Chine importe et exporte 376 milliards de dollars de plus que les Américains.

Cela fait donc environ 20 mois que ce conflit commercial a surgi inopinément et il ne risque pas de se dissiper de sitôt si aucun effort n’est fait.

Les deux nations s’imposent un bras de fer dans lequel aucun des participants ne semblent vouloir lâcher prise. Sauf que si les deux partis continuent d’agir ainsi, l’un des deux va céder et l’économie mondiale avec…

Effectivement même si les deux puissances ne nous impliquent pas directement dans le conflit, le dynamisme européen (et donc français) perdra de sa vigueur dans bien des domaines.

Clarifions la situation et prenons l’exemple de Huawei, importante firme chinoise représentant 20 % des téléphones vendus en France. La marque mandarine, à cause de Trump (encore et toujours…), ne peut plus commercer avec les entreprises américaines lui fournissant (à Huawei) logiciels et composants. Donc, nous, en France, on n’aura plus de Huawei, car ils seront défaillants sans la technologie américaine.

À cause des taxes omniprésentes, l’exportation et l’importation deviendront de plus en plus onéreuses et compliquées. Cela aura pour effet de détruire des emplois, beaucoup d’emplois (en France comme ailleurs) et d’étioler le pouvoir d’achat et donc le niveau de vie (Gilets jaunes puissance 13).

De plus (dans le pire des cas), si le conflit touche directement l’Europe avec une augmentation des tarifs douaniers (passant de 3 à 63 % entre l’UE et les USA par exemple), la France pourrait perdre jusqu’à 3 points de PIB, soit « une perte annuelle moyenne de 1.125 euros par habitant en France » souligne le Conseil d’Analyse Économique.

Cependant bien qu’individuellement les pays européens soient faibles, en s’unissant et en défendant des intérêts communs ils peuvent faire face à cette patate chaude qu’est le conflit commercial sino-américain.

Roméo et Axel (dessin de Lison)

Laisser une réponse

You must be logged in to post a comment.