Du gros son !

Que serait la fête sans la musique ? C’est vrai : du mariage de Tatie Jeannette à la soirée du siècle que vous organisez chez vous, la musique a dans nos vies une place importante, voire fondamentale !. La fête étant un moyen de distraction comme un autre, la musique est sûrement présente pour rendre le plaisir encore plus grand !

Premièrement, qu’est-ce que le son ? C’est tout simplement une vibration qui, entre autre, titille nos nerfs auditifs. Ceux-ci envoient une information à notre cerveau qui l’interprète comme il peut. Jusqu’ici, rien de bien compliqué. Seulement, pour définir la musique, on se creuse un peu plus la tête. Le Larousse nous dit que la musique est « un art qui permet à l’homme de s’exprimer par l’intermédiaire des sons » ; une « production de cet art », une « œuvre musicale ». Ceci est déjà intéressant car un extraterrestre arrivant sur Terre aura compris que c’est une exploitation artistique du son (Si seulement il a un organe semblable à nos oreilles et que son espèce a intégré une notion d’art assez proche de la nôtre. Ne nous aventurons pas trop sur ce débat.). Est-ce seulement suffisant ? Cette définition ne nous a pas expliqué le concept de mélodie, de rythme… (concepts que je ne vais pas éclairer car vous n’êtes pas des extraterrestres). La musique est un art trop flou pour être expliqué, de toute façon, je crois que vous savez ce que c’est.

Pourquoi use-t-on de la musique pour égayer nos fêtes ?

Plusieurs études montrent qu’un cerveau écoutant de la musique sécrète de la dopamine, hormone responsable en partie du bonheur.

Il est notable que ceci entraîne non seulement du plaisir, mais aussi des changements « physiques ». On est moins fatigués, voire même, on oublie la douleur. Lors des jeux Olympiques de 2008 à Pékin, le nageur Michael Phelps a remporté 8 médailles d’or, il avait entre chaque course les écouteurs vissés sur les oreilles. Ce qui est surprenant c’est qu’une musique douce, produit l’effet contraire, elle peut endormir plus vite ou simplement relaxer. Ainsi, c’est son action que nous ne pouvons pas observer à notre échelle qui nous fait aimer la musique.

Si la musique et le son nous font du bien, elle peut aussi nous faire du mal. Selon la législation européenne ; le seuil de dangerosité est de 80 décibels, volume auquel on risque un danger irréversible si on y est exposé trop longtemps. C’est l’équivalent d’une cour de récréation !

À partir de 90 dcbs, le temps d’exposition nécessaire pour nous abîmer les oreilles diminue en même temps que le volume monte. Il est important de savoir que les écouteurs produisent un son allant de 70 à 100 dcbs.

Lorsqu’on est exposé à un son à 115 dcbs, à moins d’être sourd, on risque un danger lourd, immédiat et irréversible.

Francis Malade (illustration de Célia)

Le Saviez-tu ?… (le « tu », c’est fait exprès)

ps : Le saviez-tu ? La plupart des œuvres musicales sont accordées sur le célèbre LA 440. Une note de musiques à 440 hertz (c’est à dire 440 vibration par secondes). Il est prouvé qu’à 440 hz, les molécules d’eau se contractent. À 432 hz, elles se dilatent. L’humain qui est composé principalement d’eau serait alors plus détendu en écoutant une musique accordé sur un LA 432.


Laisser une réponse

You must be logged in to post a comment.