Trump se sauve !

Dès le début du mandat de Donald Trump, en 2017, ses opposants, des démocrates, font valoir qu’il se serait livré à des activités passibles de destitution (« impeachment »), notamment à la suite de l’affaire du Russiagate mais il faut attendre 2019 pour que Nancy Pelosi, présidente de la chambre des représentants, lance la procédure de destitution. Le président est accusé d’abus de pouvoir et d’entrave au bon fonctionnement du Congrès.

Résumons les faits : après avoir débloqué des aides financières pour l’Ukraine, Trump aurait demandé, de mai à août 2019, au président ukrainien d’enquêter sur une affaire concernant Joe Biden, candidat présenté comme l’un des favoris à la primaire démocrate pour les présidentielle de 2020. Joe Biden avait fait en sorte que le procureur qui enquêtait sur l’entreprise de son propre fils soit… viré !
Donald Trump a donc cherché à ouvrir une enquête sur son principal rival lors des présidentielles en payant ( « les aides ») un gouvernement étranger, ici l’Ukraine.
Précisons aussi qu’on ne parlera pas ici du rôle de l’avocat du président qui cherchait, en accusant Joe Biden de corruption, à effacer tout soupçon d’ingérence russe dans l’élection de 2016 (Selon certaines sources, les Russes auraient aidé Trump à se faire élire mais rien n’ a été prouvé et on a parlé d’une théorie du complot.)

Mais revenons à cette procédure de destitution : des auditions ont donc été effectuées par la Chambre des représentants. Ce sont des diplomates, des militaires et des lanceurs d’alertes de la CIA qui ont notamment témoigné et qui ont pour la plupart affirmer ces accusations. La Chambre des représentants a ensuite transmis les deux chefs d’accusations au Sénat pour l’ouverture d’un procès, qui n’aboutira pas à la destitution de Donald Trump car le Sénat, à majorité républicaine, c’est-à-dire du même parti que le président, a décidé de l’innocenter. Ainsi, le 5 février dernier, Donald Trump est acquitté du chef d’accusation d’abus de pouvoir par le Sénat à 52 voix contre 48. Lors de la même séance, il est également acquitté du second chef d’accusation (obstruction au Congrès) par 53 voix contre 47.

Les Démocrates qui ont lancé cette procédure savaient qu’elle ne passerait pas la « barre » du sénat tout dévoué à Donald Trump. Pourquoi l’ont-ils donc lancée ?

Peut-être pour affaiblir le président actuel qui a déjà annoncé qu’il se présenterait à sa propre succession. Lors des primaires républicaines, il s’est présenté face à Bill Weld et Joe Walsh et il les a remportées sans difficulté, récoltant 97 % des suffrages exprimés. Face à lui, le candidat démocrate n’est pas encore choisi et la bataille fait rage.

Les élections présidentielles américaines se dérouleront en novembre prochain, on n’a pas fini d’en parler !

Cécilien

(image libre de droit sur pixabay.com)

Laisser une réponse

You must be logged in to post a comment.