Interview exclusivement exclusive avec l’exclusive présence pleine d’exclusivité de la Génétique

Alors que le Sénat a adopté de justesse la loi qui ouvre la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, l’Humanité, croulant sous une montagne de priorités, déterre le débat de la bioéthique. Le clonage, les bébés OGM, et tout le tralala…
En actuel état de crise, nous remercions la Génétique en personne de bien avoir voulu nous accorder un entretien dans son sympathique bureau chez MereNatureCorp®.

À l’accueil de la vénérable entreprise, une sorte de nuage nous redirige vers le bâtiment V (pour vie). Sur le chemin, nous croisons l’ambassadeur de l’Humanité et du peuple Centaurien qui discutent. Nous entrons dans le bâtiment où le secrétaire de la génétique nous demande d’attendre que notre interlocuteur prenne une forme supportable pour nos yeux.
Quelques minutes plus tard, nous sommes conviés à rentrer dans une salle remplie de schémas et autres plans complexes de doubles hélices et de molécules de guanines…
La Génétique nous propose un café, nous refusons et nous commençons à poser nos questions :

Gazette Saucisse : Pour commencer, quand êtes vous née ?
Génétique : Eh bien en même temps que la Vie, je n’ai pas le droit de vous dire quand elle est apparue, mais la Vie a demandé à MèreNature de me créer pour mettre un peu d’ordre là-dedans. Depuis, nous travaillons main dans la main.

GS : Comment procédez-vous dans votre travail ?
G : La Vie vient me voir avec de nouvelles idées d’êtres vivants, elle me présente le dossier complet, caractéristiques, capacités, masse…
Je rentre alors dans une phase de programmation, j’écris un script en ADN (Acide désoxyribonucléique) ou en ARN (acide ribonucléique) pour les virus.

GS : Quel est le concept de ce fameux code ?
G : En fait, je suis partie sur une base de quatre. Vous par exemple les humains, vous utilisez principalement une base de 10 (de 1 à 9), en informatique, vous utilisez une base de deux ou code binaire (0 ou 1). Moi, pour l’ADN, j’utilise quatre espèces chimiques (je les ai appelées nucléotide): adénine, guanine, cytosine et thymine.

GS : Et c’est tout ? Vous programmez toute la vie avec seulement quatre molécules ?
G : Non ! Petite subtilité, je fonctionne par doublets, l’adénine est toujours écrite en même temps que la thymine, de même pour la cytosine et la guanine.

GS : Quel a été le projet le plus compliqué ?
G : Sur Terre, en tout cas, car je n’ai pas le droit de vous donner des informations que votre espèce ne connaît pas déjà, j’ai déjà programmé une herbacée qui a environ 140 milliards de doublets. C’est la paris japonica.

GS : Mais qu’a cette plante de si particulier pour avoir un génome 50 fois plus grand que celui des humains ?
G : Rien ! La longueur du programme n’est en rien liée à la complexité de l’espèce. Ah vous les humains et votre arrogance naturelle, toujours à se croire comme espèce supérieure…
Saviez-vous que vous aviez autant de chromosomes que les éponges d’eau douce ?

GS : Justement, pouvez-vous nous parler du génome humain ?
G : Vous, les humains, vous faites partie des projets GV (grande vitesse). La Vie est venue me voir, avec une idée de spéciation (apparition d’une espèce) majeure, à peine 200 000 millions d’années plus tard, regardez où est-ce que vous en êtes. Je n’ai besoin que de 3 095 784 273 de doublets, 32 040 gènes (groupes de doublets codant une particularité précise. Ex : couleur des yeux ou pilosité) et 46 chromosomes (regroupements de gènes).

GS : Bref ! Pouvez-vous nous en dire plus à propos de la dérive génétique ou de la sélection naturelle ?…
G : Oui, en fait, les projets agissent comme des Intelligences Artificielles, ils sont autonomes, ils évoluent, s’adaptent…Ainsi, la Vie fait apparaître ses hôtes là où elle peut, elle se débrouille comme elle peut… Moi même, je ne sais pas à quoi sert tout ça. De la même manière, Mère Nature et l’Existence nous demandent de faire des trucs, des machins et la Vie ne comprend pas pourquoi. L’Existence est une arnaqueuse bien douée comme il faut, personne ne comprend à quoi ça sert et où ça va…
L’Existence fait si bien les choses que vous les vivants, vous ne pouvez pas mourir sans être sûrs que vous lui échappez définitivement.

GS : Merci pour ces belles révélations métaphysique, mais recentrons-nous, avez-vous des projets futures ?
G : En ce moment, je travaille sur une grosse mise à jour, en fait je vais implémenter dans tous les êtres vivant un nouvel algorithme, ça va tout redémarrer, hop, et là mes associés vont pouvoir retravailler tout le système. Il est temps de faire la révision des 15 milliards d’années…

GS : Et quand aboutira ce projet ?
G : Oh, dans un ou deux milliards d’années, mais je ne dois pas tout vous dire.

GS : Merci pour vos réponses et pensées…

Nous avons à peine le temps de finir nos remerciements d’usage quand deux masse sombre entrent dans le bureau, nous saisissent et nous jettent dans un trou de ver.
Nous nous retrouvons alors par terre dans la rédaction de la Gazette et commençons la rédaction de cet article.

Nous remercions chaleureusement pour ces précieuses informations et ces relents philosophiques.

(Nous tenons aussi à préciser que les personnages et entités supérieures cités dans cet article n’existent que dans notre cerveau, les prendre pour réalité serait un chemin vers une nouvelle croyance mystique. Après, vous faites ce que vous voulez…)

Pat & Rimoine (illu. de Maïwenn)

Laisser une réponse

You must be logged in to post a comment.