Section AbiBac : Des parcours et des réussites

Que sont devenus nos anciens élèves ? En voici quelques témoignages.

Flory Boudier

Promotion 2017-2020

J’ai commencé l’allemand au collège et dès la 4 ème je savais que je voulais aller en ABIBAC, mon niveau n’était pas des meilleurs mais j’ai essayé de travail tant que je pouvais pour y accéder.

Mes années en Abibac m’ont beaucoup appris, j’ai pu déjà savoir comment gérer une grosse dose de travail et surtout le plus important c’est que j’ai fait des rencontres formidables aussi bien en France qu’en Allemagne. On a voyagé, parlé, appris dans des matières que j’aime beaucoup tout ça en étant dans la classe tous soudée, c’est je crois ce qui m’a fait le plus grand bien. Les professeurs sont géniaux aussi, à l’écoute et cherche à nous faire étudier des choses qui nous plaisent tout en restant dans le programme. 

Mon allemand s’est amélioré même si je fais encore des fautes au niveau grammatical mais je garde quand même un niveau important en allemand. 

Aujourd’hui, je suis en 2eme année de licence LLCER étude germanique. J’ai consacré mes études à l’allemand. J’ai quelques facilités par rapport à mes camarades mais au moins je peux les aider dans leur travail et gérer aussi la dose de travail demandé en licence. 

Je fais maintenant partie aussi de l’association allemande de mon université, je donne tout mon temps a l’allemand, les correspondants et ma classe car personnellement c’est pas forcément dans les cours que j’apprends le plus mais dans le contact humain. 

Je ne regrette en aucun cas d’avoir fait Abibac, je le conseille même pour tous ceux qui veulent améliorer et travailler leur allemand.

Clara Lobjois – 18 ans – 1ère année en soins infirmiers

Promotion 2018-2021

Étant passionnée de langues, ma professeur d’allemand m’a parlé de la section Abibac lorsque j’étais en 3ème. Je me suis lancée dans l’aventure sans trop hésiter et aujourd’hui, je ne regrette rien: bien que difficiles – la préparation d’un double-diplôme demandant un rythme de travail assez intensif, ces années en section Abibac m’ont appris bien plus que je ne pouvais l’imaginer. En 3 ans, j’ai appris à parler allemand certes, mais j’ai aussi et surtout appris à connaître de merveilleuses personnes. J’ai appris à ne jamais abandonner. Les quelques années qui viennent de s’écouler m’ont forgée et, j’en suis sûre, feront de moi une meilleure soignante demain.

Manon Thébault

Promotion 2017-2020

Etudie actuellement « culture européenne des médias » à l’Université Lyon 2

J’ai pas mal hésité avant de m’inscrire en Abibac car le lycée était assez loin de chez moi, mais au final j’en garde un très bon souvenir. Cela m’a permis de beaucoup progresser en allemand, et de m’ouvrir à la culture de ce pays. L’échange de 2 mois et demi en seconde a aussi été une très belle expérience, que je n’aurais peut-être pas réalisée autrement.

Je fais actuellement une licence franco-allemande en culture européenne et médias, et m’apprête à aller passer un an en Allemagne. Les cours que j’ai eu en Abibac me sont donc plutôt utiles dans mes études, et ça me permet de moins appréhender les études à l’étranger.

Lena Duensing

Promotion 2017-2020

Ma situation particulière de bilingue allemand m’a souvent fait douter de mon souhait d’en faire une partie de mes études. Pourtant aujourd’hui je suis en deuxième année de LLCE-Allemand en Parcours Europe à la Fac de Nantes et m’y plais beaucoup. Et ce n’est pas parce que c’est facile, détrompez vous ! Les enseignements en Abibac m’ont offert des possibilités que je n’aurais pas eu dans le cadre familial. L’approche pédagogique est différente et réellement enrichissante. Les travaux entrepris avec l’OFAJ nous ont permis de rencontrer de jeunes allemands, ainsi que de faire un voyage avec eux à Berlin. Mis à part les beaux projets entrepris, Abibac m’a surtout permis d’apprendre à écrire l’allemand, m’a enseigné des méthodes de travail que j’applique quotidiennement, m’a ouvert à la littérature germanique contemporaine, me permet de porter un regard autre que français sur des questions d’actualité ou d’histoire, qui m’est précieux dans mes études européennes.

Lou-Anne Prié

Promotion 2017-2020

J’ai découvert l’allemand au collège avec une professeure qui nous a beaucoup appris et encouragé à apprendre toujours plus de choses à propos de la langue allemande et la culture allemande en général. J’ai fait un échange Brigitte Sauzay en quatrième et j’ai adoré vivre en Allemagne, c’est pourquoi j’ai tenté l’aventure Abibac. 

A Lanester, nous étions un petit effectif dans notre section. Venant de loin nous étions tous à l’internat. L’ambiance était vraiment agréable et l’entraide était au rendez vous. 

Aujourd’hui je suis en DUT GEA. Je suis passée de dix heures d’allemand par semaine à une heure trente seulement. Dans ma formation, l’allemand ne présente pas une place importante ce qui est dommage à mon sens. Les langues sont pourtant un atout dans le domaine de l’entreprise et des administrations, de ce fait le double diplôme a un réel intérêt pour moi. De plus, la charge de travail en Abibac était assez conséquente alors aujourd’hui je réussi à bien organiser mon travail grâce à mon parcours scolaire à Jean Macé. Cette année j’ai l’opportunité de faire un semestre à l’étranger et un stage à l’étranger. Pour se faire il faut passer un entretien et avoir un dossier solide. Je peux prétendre avoir un avantage presque certain face à d’autres étudiants qui ont un niveau LV2 en allemand.

Arthur Doublard

Promotion 2017-2020

Je suis en arrivé en abibac avec le désir de maîtriser l’allemand sur le bout des doigts. Aujourd’hui c’est presque le cas. 

Mon expérience en Abibac a été une bonne expérience. J’ai pu découvrir une culture étrangère et apprendre une langue avec un diplôme supplémentaire a la clé. Sur le plan personnel l’échange a la fin de la première année a aussi été une super expérience.  J’ai pu travailler sur mon ouverture d’esprit et acquérir des méthodes de travail solides qui m’aident dans mes études actuelles. Aujourd’hui j’étudie à l’INSA de Rennes en deuxième année de prépa intégrée. Bien que mon diplôme de l’Abitur ne me soit pas utile pour le moment je compte bien le faire valoir dans mon futur métier d’ingénieur. 

Et d’autres témoignages à découvrir dans la prochaine Gazette de Noël qui sortira à la mi-décembre, la 38ème, à bientôt !

SC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *