Archives mensuelles : septembre 2016

Survivre à la terminale ?

Au lieu de payer pour des cours particuliers/des potions magiques/les prévisions des sujets de bac, je vous suggère de lire cet article, ça ne vous aidera pas plus, mais ça vous donnera une bonne excuse pour faire une pause !

Terminale n. f. : l’année scolaire qui vient juste après la première (parce qu’on n’aime pas la logique dans la langue française), et qui dure aussi longtemps que les autres mais passe pourtant 17 (Longue vie à la Gazette !) fois plus vite que les précédentes. Année dite déterminante par tous vos chers professeurs, et où vous entendrez des mots tels que « APB » ou encore « dossier » répétés à tout bout de champ et dans tous les contextes et environnements.
Je ne sais pas si je suis la seule, mais pour moi la terminale c’est un peu un remake de Labyrinthe ou même d’Alien VS Predator … On est quand même bien exploités, chargés, avec les heures de cours auxquelles s’ajoutent des heures passées à faire nos devoirs (ou pas, je ne juge pas) on peut se demander s’il est encore possible d’avoir une vie une fois chez soi (par vie je veux dire tout autre activité que manger ou dormir). Bon, après un petit temps d’adaptation on finit par s’habituer, mais c’est là qu’on te rappelle qu’à la fin de l’année il y a le BAC !

Alors oui, parce qu’après avoir passé une année pareille, à se surpasser, on
pourrait s’attendre à une récompense : avoir sauvé le monde ? De l’argent ? Et non , l’accomplissement de toutes ces années scolaires vous rapportera le droit de passer un examen : le BAC !

Mais le BAC ça vous rapporte quoi ? Eh bien malheureusement, ça ne s’échange même pas contre un ticket restaurant ! Quel intérêt, me direz-vous alors ? … Je ne sais pas trop mais il parait qu’il faut l’avoir *! Pour cela vous devrez braver monts et montagnes à la force de vos petites mains épuisées d’avoir écrit trop vite tout ce que vous racontent vos professeurs érudits. En parlant d’efforts physiques, bonne chance pour les épreuves de sport ! « Les » parce que vous devez passer dans trois sports différents, déjà que tout le monde n’est pas sportif mais alors si en plus il faut savoir se débrouiller dans trois sports …

Mais ne vous inquiétez pas puisque j’ai la solution, il vous suffit de prendre Hunger Games comme exemple et de proscrire l’esprit d’équipe. Ainsi vous pourriez couper la corde d’escalade qui retient votre binôme au mur, votre examinateur n’en sera que plus impressionné par votre maitrise des premiers secours ! Mieux encore, si l’un de vos ennemis camarades est allergique aux arachides, jouez la carte « accident mortel » et là tout le reste de la classe aura le bac d’office** !
Enfin, comme si cela ne générait pas assez de pression sur nos frêles épaules, il nous faut surtout trouver une orientation et pourquoi pas un projet professionnel, pour formuler nos vœux APB. C’est là que ça se complique vraiment parce que qui sait, à 17 ans (plus ou moins pour certains), ce qu’il veut faire de son avenir ? Et là c’est pas l’ONISEP qui va nous aider !

Alors comment sortir vivant de ce marathon (que dis-je, décathlon !), si possible avec le bac en poche et sans y avoir laissé trop de plumes ? Sommeil / Vitamine / Bachotage / Offrandes à un dieu mystique (voire plusieurs ! Tout est bon à prendre).

Pour ceux qui n’y sont pas encore, ou pour ceux qui la (sur)vive cette année, elle semble terrible, pourtant nombreux sont ceux qui y ont survécu ! Alors courage et bonne rentrée à tous !

 

Claire (illustrations par elle-même et Rosanna)

Ps : aux terminales qui nous liraient, mais qu’est-ce que vous faites encore là ?! Allez ! Il faut vous replonger dans vos annales !

*Bon, après vérification il s’avère que ça pourrait être comme qui dirait un chouilla obligatoire pour rentrer dans certaines écoles…

**ATTENTION ceci n’est malheureusement qu’une légende, n’essayez pas d’assassiner un de vos camarades vous n’aurez pas le bac et vous finirez en prison

Euro 2016 : quel bilan pour les Français ?

Le 10 juillet dernier, la France vivait un dimanche noir. Il est environ 23h15 et notre équipe nationale de foot vient de s’incliner à domicile face au Portugal, 0-1 après prolongation. Mais que faut-il retenir de cet événement ? Un traumatisme ou la renaissance d’une équipe ?

 

UN TRAUMATISME

C’est le premier sentiment qui ressort évidemment. La déception, la tristesse… Et c’est compréhensible au vu de la finale et de la compétition. Des débuts loin d’être rassurants, suivis d’une victoire au caractère face aux Irlandais puis deux très gros matchs contre l’Islande et face aux Allemands. Une montée en puissance donc, qui a permis aux Français de croire de plus en plus en leurs chances…. Jusqu’à la finale, sommet du tragique. On y croyait peut-être un peu trop en nos chances. En face, les multiples arrêts du gardien portugais Rui Patricio et les occasions vendangées par un Antoine Griezmann devenu le chouchou des Français et le poteau de Gignac dans les arrêts de jeu, à seulement quelques centimètres de rentrer dans la légende.
Alors oui, certes, le scénario est cruel, les Portugais n’étaient pas les plus méritants. Mais faut-il se rappeler qu’ à peine 3 jours plus tôt, la France l’avait emporté d’une manière inespérée face à l’Allemagne, une demi finale qu’ils étaient loin d’avoir dominée ( on aurait dû se prendre une taule, mais bon).
Alors au lieu de se lamenter sur notre sort, pourquoi ne pas ouvrir les yeux et voir le positif ?

UNE RENAISSANCE

Malgré l’échec cuisant et la défaite qui reste en travers de la gorge de tous les Français, quelque chose est ressorti de cet Euro : l’équipe de France est redevenue une EQUIPE qui est capable de gagner. La victoire en demi-finale le prouve. Le tout en gardant un état d’esprit exemplaire, avec l’adrénaline qu’ont engendrée les buts de Payet, Grizou ou autre Giroud. Nos bleus nous ont redonné envie de vibrer avec eux. L’engouement est revenu au plus haut, comme en 2006 après la défaite en finale. De nouveau on peut croire que la France peut gagner… Pourquoi pas la coupe du monde 2018, même si le chemin est encore très long ? Quoi qu’il se passe, il semble que la France soit redevenu un pays qui fait peur aux adversaires.
Le futur ne peut être que positif si cette équipe continue sur sa lancée et garde cette envie de jouer ensemble. Car même si certains moments ont été difficiles ces dernières années, on les aime nos Bleus et on regardera toujours les matchs. Même les pourris au fin fond de la Macédoine.

 

Titouan (adorateur de Grizou)

images libres de droit