En morceaux ou en poudre ?

Une étude récente démontrerait que le sucre et la cocaïne seraient deux substances aussi addictives l’une que l’autre. Le sucre serait même plus addictif encore que la cocaïne.

Le sucre, vraiment addictif ?

Et bien mesdames et messieurs, si vous ne le saviez pas, le sucre est effectivement une substance addictive et ce, pour une raison bien particulière, c’est grâce à lui que notre cerveau fonctionne. Les cellules nerveuses le constituant consommeraient au delà de 60 % du glucose (un sucre) ingéré par notre organisme. Et si tout la majorité de la communautés scientifique s’accorde sur le fait que l’être humain est addict au sucre, elle est divisée quant à la dite étude qui dit que le sucre pourrait donc être comparé à la cocaïne ( publiée dans le British Journal of Sports Medicine par deux chercheurs de l’Institut du coeur de Saint Luke, aux Etats-Unis).  qui dit que le sucre pourrait donc être comparé à la cocaïne. Selon les deux chercheurs, »la consommation de sucre produit des effets similaires à la consommation de cocaïne, notamment parce qu’elle altère l’humeur, possiblement parce qu’elle induit le plaisir et [active le mécanisme du cerveau de] la récompense, ce qui provoque la recherche du sucre ».  La consommation de sucre et la consommation de cocaïne stimulent donc les mêmes parties du cerveau.

Chez nous, la perception du goût sucré active des récepteurs dans notre bouche. Ces récepteurs sont directement connectés à des neurones de notre cerveau qui, eux, libèrent de la dopamine qui est la principale source de gratification de notre organisme. Une seconde composante semble aussi avoir un rôle. Le passage dans le sang de ce sucre transformé en glucose provoque une seconde activation dopaminique, totalement inconsciente… Sensation de plaisir et besoin de renouveler l’expérience sont donc associés à la consommation de sucre.

Ce qui divise réellement

Les tests qui ont donné ces résultats ont été effectués sur des souris, ce qui est bien souvent le cas mais porte déjà à confusion. En effet, le métabolisme de ces animaux reste tout de même différent de celui d’un être humain. Notamment sur un fait principal : il est bien plus rapide. Un autre point de désaccord : si les scientifiques s’accordent sur les dangers liés à la surconsommation de sucre -caries, obésité, diabète-, certains mettent en avant que ses effets n’ont rien à voir avec ceux des stupéfiants comme la cocaïne.

Une vérité qui dérange

Nous sommes en droit de nous poser cette question. Pourquoi cela dérangerait ? Et bien tout d’abord car, comme dit plus haut, le sucre est important pour le corps mais c’est également un des composants principaux de notre alimentation et le comparer à une drogue dure pourrait très vite nuire aux industriels qui eux, ont déjà bien compris que le sucre était addictif. Les taux de consommation de sucre par habitant dépassent des plafonds alarmants : on parle ici de près de 80 kg de sucre ingéré par personne en une seule année ! Ce n’est pas seulement dû au fait d’une surconsommation de nourriture mais également à une augmentation du pourcentage de sucre dans les produits de consommation du quotidien. 60% des produits de l’industrie agroalimentaire en contiennent, y compris des produits salés, comme les plats préparés sous vide.

Ce qui dérange également c’est qu’avec cette étude, ce sont les effets nocif du sucre qui sont évidemment mis en devant. En effet, la surconsommation de sucre amène avec elle tout un tas de soucis de santé (Hyperglycémie/Hypoglycémie). Aujourd’hui, la France compte 3 millions de diabétiques et plus de 6,5 millions d’obèses. Des maladies qui, sur le long terme, tuent.

Les avis scientifiques divergent sur cette question de l’addiction et s’il n’y a pas consensus chez les scientifiques, cet article détient la vérité sur un fait qui a été plus ou moins dissimulé : le sucre est fortement addictif. S’il ne l’est peut être pas autant que la cocaïne, il serait la substance addictive la plus consommée au monde.

A/CProd (dessin de Lise)

(image libre de droit : flickr.com)

Laisser une réponse

You must be logged in to post a comment.